J’arrive au Kin-Jo en 2001, très anxieuse… puis doucement on s’étonne sur les changements positifs constatés.